Renault et Anne Hidalgo : l’après Autolib’ à Paris

La mobilité à Paris

Le mercredi 4 juillet, la maire de Paris Anne Hidalgo et Thierry Bolloré, directeur général adjoint de Renault, ont présenté une nouvelle offre de mobilité pour les Parisiens et Franciliens.

La nouvelle offre de Renault à la ville de Paris n’est pas un contrat mais une  « alliance entre un groupe industriel […] et une grande ville monde qui veut garder sa force d’innovation et d’attractivité » a expliqué la maire de Paris Anne Hidalgo. L’offre de mobilité combine des VTC (voitures avec chauffeur) électriques, des véhicules électriques en auto partage accessibles en libre-service sans stations (utilisant le système de free-floating) et des véhicules électriques en boucle pour des trajets plus longs, accessibles aussi en libre-service. 2 000 véhicules électriques sont attendus d’ici à la fin de l’année 2019.

Le coût du service reste flou. Le numéro deux du groupe automobile explique «qu’il y aura juste besoin de l’application» et donc «pas de nécessité d’abonnement».

Le groupe PSA a annoncé mardi qu’il projetait lui aussi de lancer son service d’auto partage à Paris à la fin de l’année avec dans un premier temps 500 voitures électriques.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*